Nansen – Vers le pôle

Publié le par Patrick Chabannes

Nansen – Vers le pôle

Les régions polaires exercent sur ceux qui y ont combattu une empreinte dont les hommes qui ne sont jamais sortis du monde civilisé peuvent difficilement s’expliquer la puissance“ Ernest Shackleton

Ayant appris la découverte au Groenland trois ans auparavant des restes d’un navire perdu dans le détroit de Béring et d’autres preuves telles les bois flottés venus de Sibérie, Fridtjof Nansen (1861-1930), après une traversée à ski du Groenland, va tenter de prouver la dérive de la banquise. Un incroyable voyage scientifique minutieusement préparé pendant trois années avec le soutien de la communauté norvégienne, (la fierté nationale est à son comble, 1905 verra l’indépendance de la Norvège) commence en 1893. Le jeune scientifique norvégien part hiverner sur la banquise en compagnie de douze hommes à bord du FRAM, navire spécialement conçu pour l’occasion.

Une fois pris par les glaces au nord de la Sibérie, le temps passe paisiblement au milieu des craquements inquiétants. Nansen prépare alors pendant de longs mois un voyage à pied vers le pôle. Et c’est lors du deuxième hivernage que Nansen accompagné de Johansen vont partir vers le Nord, battant retraite après deux mois en Mai 195, hivernant et arrivant en terre de Norvège en 1896 où le Fram les rejoindront. 18 mois dans le grand nord ! Décision, fatigue, froid, faim, chasse, pêche, ours, morse, débâcle, glace, neige feront votre joie.

Les plus grandes qualités que je puis percevoir à la lecture de ce journal sont sur le plan émotionnel un inaltérable optimisme et une égalité d’humeur à toute épreuve et sur le plan intellectuel une capacité à reconsidérer une décision dès lors que des éléments factuels changent l’analyse et une plume remarquable.

Au-delà de l’exploit, ce journal de voyage relate un des plus beaux raids arctiques jamais écrit. 250 pages, simple et sans fioriture, une chaleur humaine. Le récit est vivant, nerveux avec une rigueur de scientifique et un recul sur l’évènement digne d’un grand reporter,

La nuit arctique

“Il ‘existe rien de plus merveilleusement beau que la nuit arctique. C’est la pays des rêves, coloré des teintes les plus délicates qu’on puissent imaginer, c’est la couleur irréelle ! Les nuances se fondent les unes dans les autres dans une merveilleuse harmonie. Toute la beauté de la vie n’est-elle pas haute, délicate et pure comme cette nuit-là ? Le ciel est une immense coupole bleue au zénith passant vers l’horizon au vert, puis au lilas et au violet. Sur les champs de glaces apparaissent de froides ombres bleu foncé, et, ça et là, les hautes arêtes de la banquise s’allument de lueurs roses, derniers reflets du jour mourant. En haut brillent les étoiles, éternels symboles de paix. Au sud se lève une grande lueur rougeâtre, cerclée de nuages d’or jaune, flottant sur le fond bleu. En même temps l’aurore boréale étend sa draperie changeante, tantôt argentée, tantôt jaune, verte ou rouge…”

Les pressions de la banquise

Aujourd’hui encore de nouvelles pressions. Cela commence par un léger craquement et par un gémissement sur les flancs du navire. Le bruit augmente ensuite graduellement en passant par toute la gamme : successivement c’est une plainte d’un ton très élevé, puis un grognement suivi d’u grondement. Le tapage redouble : on dirait le fracas produit par le jeu simultané de tous les tuyaux d’un orgue. Le navire tremble et tressaute, soulevé tantôt doucement tantôt pas saccade. ” “Une pression très violente se produisit, et lentement souleva le Fram, comme un fétu de paille à une hauteur de 5,50 mètre à l’arrière et 3,55 mètres à l’arrière à l’avant.

Venez rejoindre Nansen et les héros de l’Arctique.

Trad.de Ch.Rabot . Sans date (1897) . Flammarion , In 8° relié 1/2 chagrin rouge .Dos à nerfs orné de petits fleurons .Tête dorée . VIII ,424 pp.200 illustrations en noir d'après les dessins et photographies de l'auteur .‎

‎Première édition française .‎

Lectori salutem, Nathan

Publié dans voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article