Jean Raspail - Sept cavaliers

Publié le par Patrick Chabannes

Jean Raspail - Sept cavaliers

‘’Sept cavaliers quittèrent la Ville au crépuscule, face au soleil couchant, par la porte de l’Ouest qui n’était plus gardé. Tête haute, sans se cacher, au contraire de tous ceux qui avaient abandonné la Ville, car ils ne fuyaient pas, ils ne trahissaient rien, espéraient moins encore et se gardaient d’imaginer.[…] Celui qui les commandaient, colonel-major sans armée, Silve de Pikkendorff, avait été reçu durant la nuit précédente par le Prince.’’

Relecture d’un des plus fameux ouvrages de Jean Raspail. 3 heures en compagnie de Silve de Pikkendorff et de ses compagnons au sein d’un monde en pleine décomposition morale. Les enfants se révoltent entraînant comme Platon l’avait prédit le début de la tyrannie. (Voir http://pikkendorff.kazeo.com/Citations-notees-de-mes-lectures/Platon-De-l-autorite,a233297.html)

Ce nouveau monde est aux portes de la Ville. Les Sept Cavaliers partent au-devant de cet ennemi intérieur et finiront par rencontrer cet autre nous-même que Tocqueville nous décrivait si justement (http://pikkendorff.kazeo.com/Citations-notees-de-mes-lectures/Tocqueville-Panem-circenses,a37061.html).

Quand ce monde nous aura tellement rabaissés, cet autre nous-mêmes regardant la vie s’enfuir pourrait reprendre ses paroles.

‘’L’homme abaissa le regard sur sa propre personne et se découvrit sale, petit, laid, transi et affamé. Il chercha dans le fond de son cœur un vieux reste de haine et l’ayant découvert bien recuit, encore prêt à servir, compris une seconde fois qu’avec ceux qui partait, c’était la vie qui s’en allait.’’

‘’Qu'avait donc écrit Osmond, l'évêque, à la première page de son calepin noir, à propos des sept cavaliers quittant la Ville au crépuscule, tête haute, sans se cacher, car ils ne fuyaient pas, ils ne trahissaient rien, espéraient moins encore...? C'était cela: l'espérance! Ils avaient cru tuer l'espérance, ils en avaient vidé leur âme comme on expulse un air vicié pour respirer enfin plus à l'aise, sans passé et sans avenir, sans mémoire, à l'exemple du chevalier de Dürer, éternel et inexpugnable, et voilà que l'espérance les avait ignoblement rattrapés, qu'elle était venue se rappeler à eux sous la forme de cette malheureuse fleur qui pourtant expirait sous leurs yeux et qu'ils en avaient célébré le symbole comme un assoiffé, dans le désert, découvrant une source et remerciant son créateur... Voilà ce qui leur était arrivé. Est-ce que cela ne leur suffisait pas qu'ils eussent chacun, au fond du cœur, une secrète espérance cachée ? Quel besoin avaient-ils ressenti, venu d'où, et de quelle façon, de s'en trouver une autre en commun à propos d'un détail infime, à propos de rien, c'est-à-dire à propos de tout, l'Espérance avec un grand E, l'insondable vertu d'espérance qui accompagne l'homme dès sa naissance et qui lui colle à la peau comme une illusoire cuirasse ? Elle les avait saisis par surprise. Peut-être ne les lâcherait-elle plus, à moins que la nuit ne l'emportât, comme elle emporte tant de choses. Silve pesta contre lui-même. Il s'était fait avoir comme un bleu... Il songea au cadet Vénier. Un bloc de pierre, ce garçon. A peine seize ans, et, déjà, d'une souveraine insensibilité. Au moins le plus jeune d'entre eux avait-il échappé au piège. Là-dessus Pikkendorff s'endormit.’’

Si vous avez trois heures, passez à la bibliothèque et découvrez notre monde avec l’œil de cet autre vous-même, si il vit encore.

1993, édité chez Robert Laffont

Jean Raspail (http://jeanraspail.free.fr/)

Lectori salutem, Pikkendorff

Jean Raspail - Sept cavaliers

Publié dans romans

Commenter cet article