Millenium I - Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

Publié le par Patrick Chabannes

Millenium I - Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

Voilà un thriller joliment troussé. Jamais l’on ne s’ennuie tout au long des 576 pages. L’on se prend même à vouloir ouvrir le prochain roman pour voir si Stieg Larsson sera capable de créer une intrigue aussi complexe et un rythme aussi alerte. En effet l’inspiration à la source de ce premier volet est largement tirée de l’expérience personnelle de l’auteur (journaliste économique de terrain irréprochable, éthique et déontologie, créateur de sa feuille de chou luttant contre le pouvoir des puissants).

Je m’installe à la lecture de Millénium 2 dès demain !

Je regrette l’abus d’usage des termes pseudo-techniques (ibook, processeur xx, carte graphiqueYYY….), une mise en bouche un peu longue puisque la quatrième de couverture résume la situation jusqu’en page 100, une fin en queue de poisson, et les approximations sur le nazisme suédois dus à sa monomanie d’extrême gauche (adhérent du Kommunistiska Arbetarförbundet, Ligue Communiste des Travailleurs requalifié socialiste pour des raisons de communication, soutien actif de la guérilla érythréenne(1977), feuille de chou antifasciste dans un pays où le parti populiste local a atteint péniblement 1% du vivant de Larsson etc…). J’ai cru à le lire que la Suède et les industriels suédois avaient été convertis au National-Socialisme dans les années 1930, que des infâmes causaient biologie des races et que le fascisme suédois pouvait faire honte à Stockholm. For heureusement une recherche sur internet m’a permis de relativiser largement les délires monomaniaques de Stieg Larsson. Si il y a eu un Parti National-Socialiste créé en 1930 et soutenu par le NSDAP, son insuccès a amené sa dissolution en 1936, en effet un représentant suédois en 1951 à Malmöe a participé à la tentative de mise en orbite d’un forum fasciste (la France était représentée par Maurice Bardèche). Ce fut le crépuscule des vaincus ! Et pour finir en fait de biologie des races, il s’agit du très officiel Institut de génétique humaine et de biologie des races de l’Université de Upsala signataire ,pour le compte de la Suède, sous l’égide de l’UNESCO, le 27 avril 1961 au congrès de Moscou, de la Déclaration sur la race et les différences raciales qui établit de manière formelle que tout les hommes appartiennent à une seule espèce l’Homo Sapiens.

Actes Sud, 576 pages, 22,80€

Publié dans Thriller

Commenter cet article