Guillaume Prévost – La valse des gueules cassées

Publié le par Patrick Chabannes

Guillaume Prévost – La valse des gueules cassées

Un policier historique fin, habile et respectueux de l’Histoire, un nouveau Rouletabille, Guillaume Prévost, professeur d’histoire en ma bonne ville de Versailles, recréé avec une telle aisance l’ambiance de cette année 1919 que j’ai la curieuse impression de lire un roman policier écrit en 1930. Les nombreux détails de la vie courante au printemps 1919 du vocabulaire à l’argot, des rues et marchés, du métro à la musique permettent au lecteur de voyager dans le temps instantanément.

Le printemps 1919 : L’affaire Landru qui voit son arrestation à Paris par les mobilards, les brigades du tigre, sur le territoire de la Crim, cinq millions de mobilisés pendant les négociations du traité de paix, le retour de cinq cent mille prisonniers, la réinsertion des blessés, la fin de la première guerre industrielle.

Dans cet espace-temps, Guillaume Prévost introduit une galerie de personnages attachants dotés chacun d’un halo de mystère tel François-Claudius, l’inspecteur de police débutant, orphelin d’une mère qui apparaît à l’âge de huit ans pour mieux l’abandonner dans l’heure, Jean, son collègue aux activités douteuses, Elsa un amour qui lui tombe littéralement dans les bras, sa logeuse Mado avec son hypocras et son pathéphone et la star de la Crim’, Robineau.

François-Claudius fraichement débarqué de l’école de police accompagne Robineau sur une scène de crime : deux balles et le bas du visage détruit post mortem, étendu à l’entrée d’un tunnel clandestin.

Une enquête où se mêlent l’intuition et la technologie. Police scientifique avant les Experts de la télé, La Crim’s développe la prise d’empreinte digitale, l’analyse balistique, la chimie…

Une enquête où les méchants sont intelligents, les gentils n’en sont pas moins malins et où il est bien difficile de savoir qui est l’un et/ou l’autre.

Une enquête où les clefs vous sont données mais bien malin celui qui saura s’en servir.

J’ai hâte de retrouver les principaux personnages dans Le bal de l’équarrisseur.

Mars 2010 chez Nil Editions, 278 pages, 19€

Lectori salutem, Pikkendorff

Publié dans histoire, Polar

Commenter cet article