AVIVAH PEREZ – ET MEME APRES…

Publié le par Patrick Chabannes

AVIVAH PEREZ – ET MEME APRES…

Jamais je n’ai vu un tel amour ! C’en est presque inhumain.”
Deux cent soixante-dix pages consacrées à l’amour absolu, pur, beau, définitif, inaltérable, infini, incommensurable, ineffable.

Ineffable ? Avivah Perez réfute cette dernière épithète en déposant son cœur d’adolescente entre vos mains de lecteur ; elle ouvre son âme à grand coup de plume pour mieux en pénétrer les secrets.

Laura et Jared se rencontrent et se connaissent depuis toujours ; le temps n’existe plus ; les lois de la Nature s’effacent devant l’offrande ; la mort cède le pas.

Sous le joug des matérialismes marxiste et capitaliste, l’art, le bien et l’amour vivent reclus derrière les luttes, les profits, les avantages acquis et les parts de marchés. Avivah Perez et la Société des écrivains portent haut les couleurs de la littérature.

“Le charme de la littérature est souvent créé par le lecteur en état d’enfance. Beaucoup y restent. Ce sont ceux qui transforment le roman en best-seller. Et les femmes restées des gamines rêvant d’amour mènent à 300 000 des nunucheries qui pansent la douleur d’avoir pour mari un goujat qui mange les coudes sur la table, et les hommes testés des adolescents à idées quittent les émissions de foot sur TF1 pour les romans d’anticipation écrits par des cons apocalyptique.” Charles Dantig in Pourquoi lire ?

Ostinato vibrant tout au long du livre, au restaurant la Serre à Albany s’embrasera sous nos yeux les deux amants blessés…

"C’était ma promesse. Je serais à lui, je l’aimerais et le chérirais toute la vie… Mais combien de temps durerait la vie ? Pourrais-je la récupérer là où elle m’avait abandonnée ? Pourrais-je le récupérer là où je l’avais abandonné ? Comment y parvenir ? Tout avait tellement changé, mon corps, mon âme, lui, le monde. Mais je devais essayer. Notre amour était la seule chose qu’il m’était impossible de perdre…"

Une lecture rafraichissante pour les éternels adolescents.

Le site de Avivah Perez

Le site de la Société des écrivains

Société des écrivains, 2010, 270 pages, 20 €uros.

Lectori salutem, Patrick

Publié dans Littérature

Commenter cet article