CAROLINE MAILLET – LE ROMAN ALIMENTAIRE D’ENLILA APKALLU

Publié le par Patrick Chabannes

CAROLINE MAILLET – LE ROMAN ALIMENTAIRE D’ENLILA APKALLU

“Une Lahmiane, vampire féminin, peut se métamorphoser en chat, en serpent, en spectre ou en Vorkudlak….Vous ne devriez pas vous occuper de cette histoire de serpent…vous ne devriez pas…

Lecteur…vous ne devriez pas lâcher une seconde ce volume pour ne pas perdre le fil d’Ariane de ce thriller décidemment bien étrange.

Tout commence par cet écrivain en mal de succès, Elila Apkallu, créant un personnage féminin bien dans son époque, prêt à résoudre les énigmes dont les lecteurs raffolent tant : ce mélange d’humour, de sentiment, de fantastique et de mystère. Pourquoi se priver de créer un produit commercialisable pourvu qu’on l’on puisse y glisser discrètement quelques autres nourritures spirituelle ou affective ?

Voici donc Line Tile, suitée de son chien R.I.S. (finesse du vocabulaire avec ce suitée si bien choisi) prête pour l’aventure (sûrement dangereuse voir mortelle si l’on en juge par le site web!) traversant le hall travesti ambitieusement en galerie des glaces. (pas moins de 5 fois, car elle aime à se regarder.)

“*Nous aurons donc raison de considérer le processus de création comme un être vivant implanté dans l’âme.”CG Jung

Tel un être vivant implanté dans l’âme d’Enlila Apkallu, le processus de création se développe un espace propre, se débattant contre la tutelle de sa créatrice et trouvant par là l’énergie même de sa conscience et de sa réalité.

Le lecteur attentif, par la vigueur du point-virgule et de l’imagination réunis, se délectera de l’imbroglio créé par Caroline Maillet, Enlila Apkallu, Line et le processus de création de CG Jung ; chacun intervient, avec humour, ressuscitant le mythe des Ummites de Jimmy Guieu et ses célèbres extraterrestres blonds ou gris, nous plongeant dans l’irréalité des métamatériaux de John Pendry, jouant du le vortex de Stargate, célèbre feuilleton de la Porte des étoiles et démontrant la réalité de la cape d’invisibilité de Harry Potter.

Un appel au secours peu commun : un serpent s’est matérialisé après deux grands bruits dans la maison bourgeoise de sa cliente après la mort douloureuse de son chat. Notre héroïne enquête ; ne découvre nul possibilité de fuite pour un tel animal de 2 mètres de long ; croule sous les informations du cyberespace et des émotions bien humaines ; voit tous ses courriels, ses appels téléphoniques et même ses pensées placées sous surveillance constante. Un crime vient aggraver la situation déjà hors de contrôle de l’auteur et de l’héroïne.

Deux hommes, le sympathique Wolf et le bel Hubert BOOX, quelques verres de volnay et de gewurztraminer viendront tempérer les ardeurs féministes de la jeune trentenaire et mettre à mal ses hormones en mal de libération.

Le mystérieux 22 rue du Yoda, rappelant le Maître Jedi de 66 cm de la guerre des étoiles, conservera jusqu’à la dernière page son aura de mystère.

L'imagination active, selon C.G. Jung, méthode rendant l'individu indépendant de toute aide extérieure, et permettant une confrontation directe avec les matériaux de notre inconscient.

*Je regretterai de n’avoir pas les références de l’épigraphe attribué à C G Jung (1875 – 1961)

“*Nous aurons donc raison de considérer le processus de création comme un être vivant implanté dans l’âme.”

Cet épigraphe tourne encore et peut-être explique cette douleur liée à l’acte de création, ce refus bien souvent de l’affronter, cette procrastination chère à Elisabeth Canitrot et le sentiment de ne jamais l’avoir exprimé assez clairement.

Vous finirez la tête dans les étoiles de l’imaginaire, du possible et de vous-même.

Lectori salutem, Patrick

Publié dans romans

Commenter cet article