MONIQUE DOSDAT - L’ENLUMINURE ROMANE AU MONT SAINT MICHEL DU X AU XIIEME SIECLE, L’ART DU LIVRE

Publié le par Patrick Chabannes

MONIQUE DOSDAT - L’ENLUMINURE ROMANE AU MONT SAINT MICHEL DU X AU XIIEME SIECLE, L’ART DU LIVRE

"Le livre en chrétienté est comme l’eau, comme le sang : il irrigue la vie de l’âme."

La collaboration entre les images et le texte est parfois si étroite qu'on peut parler d'écriture enluminée. Admirez les jeux de calligraphie, voyez ces images pouvant être interprétées avec les clés de la symbolique romane, ouvrez la porte à la spiritualité en décelant la lutte éternelle du Bien et du Mal.

A l'époque où le duc Guillaume le Conquérant fait régner la paix en Normandie, dans les années 1050-1080, le scriptorium monastique du Mont Saint-Michel atteint son âge d'or. La communauté ne dépasse pas 40 moines, mais des intellectuels éminents y côtoient des copistes habiles et des artistes de talent. Les copistes Montois, dont une quinzaine nous sont connus au 10ème et 11ème siècle, ont transcrit des milliers de pages avec leurs couleurs usuelles : le rouge et le vert.

MONIQUE DOSDAT - L’ENLUMINURE ROMANE AU MONT SAINT MICHEL DU X AU XIIEME SIECLE, L’ART DU LIVRE

Ils maîtrisent l'art de la calligraphie et le dessin des écritures : la minuscule caroline, les capitales romaines et onciales, la rustica et la lettrine normande : une création Montoise au 11ème siècle.

"Les manuscrits produits par le scriptorium du Xème au XIIème siècle renferment des œuvres d'art profondément originales qui ont contribué à l'éclosion et à la définition du style roman dans l'enluminure européenne"

L'Abbaye développe des échanges dans la chrétienté médiévale les pèlerinages, la conquête par les Normands de l'Angleterre et de l'Italie du Sud (source de manuscrits en grec) ou encore le commerce et les traductions.

image: Commentaire sur les évangiles vers 1040-1055. Initiale S de Sanctissimae, 2 chevaliers normands affrontent un lion et un démon. Bede Le Venerable,​


MONIQUE DOSDAT - L’ENLUMINURE ROMANE AU MONT SAINT MICHEL DU X AU XIIEME SIECLE, L’ART DU LIVRE

L'initiale ornée, début d'un mot, vient souligner la structure interne du texte et fixer l'attention du lecteur. Les décorateurs nous sont inconnus. Ils puisent dans diverses traditions artistiques : zoomorphique, carolingienne, insulaire, nordique, anglaise. Ils disposent harmonieusement les incipit, les titres ornementés en utilisant des encres de plusieurs couleurs et la réglure soutient une mise en page savamment calculée.

MONIQUE DOSDAT - L’ENLUMINURE ROMANE AU MONT SAINT MICHEL DU X AU XIIEME SIECLE, L’ART DU LIVRE

"Ils peuplent les panses des lettrines d'élégants rameaux de feuillage, de feuilles et de grappes de fruits appelés acanthes, où se poursuivent et s'affrontent des hommes, des animaux et des créatures fantastiques. L'aigle, le lion, le dragon ont leur préférence."

Initiale Q, Le rouge et le vert sont des couleurs usuelles du scriptorium.S. Augustin, La Cité de Dieu, 2éme moitié du 11éme siècle

L’enluminure romane au Mont Saint Michel du lX au XIIéme siècle, L'art du Livre : calligraphie, mise en page, initiales ornées de Monique DOSDAT, Mars 1991, Editions Ouest France

Source : Les manuscrits de la ville d’Avranche

Lectori salutem, Pikkendorff

Publié dans arts

Commenter cet article