EZIL TORTINAC – L’ENFER A PORTEE DE MAIN

Publié le par Patrick Chabannes

EZIL TORTINAC – L’ENFER A PORTEE DE MAIN

Rouge et dorée, la couverture fait frémir ; immédiatement Le mystère attrape le lecteur plongé dans le monde derrière le monde ; les mots s’entrechoquent ; la tension montE ; les courtes phrases accélèrent un scénario enlevé qui réservera des surprises même aux plus blasés.

La plume talentueuse d’Ezil Tortignac mêle une intrigue rondement menée avec une légère et profonde culture, des questions existentielles sur la liberté, le mal, le bien ou l’amour avec la découverte de lieux mystérieux, l’art du frisson, du rêve et des signes.

Dans le train ou dans votre salle de bain, l’Enfer est à portée de main.

EZIL TORTINAC – L’ENFER A PORTEE DE MAIN

De l’histoire vous n’en connaîtrez que les premières pages. Raphaël Bergamo, antiquaire, et Béatrice, son épouse, rencontrent Pierre-Marie et Charlotte, respectivement 99 et 95 ans. Le couple souhaite vendre leur maison avec l’ensemble des meubles et livres. "Croyez-vous en Dieu ?" Drôle de question d’introduction pour un antiquaire venu inventorier les biens….Pendant que le jeune homme déambule Béatrice entend le vieux couple échanger ses mots lui glaçants le coeur : "je l’ai lu dans ses yeux, et tu sais que je sens ces choses-là. Les derniers qu’on a vus n’étaient pas à la hauteur. Lui l’est. Et, de toute façon, il ne se souviendra pas de tout ce qu’il aura vu la veille. J’y veille."

Raphaël reste figé devant une fresque presque chaude et vivante. Sa contemplation cesse brusquement lorsque les deux panneaux glissent laissant apparaître la Porte de l’Enfer, ce monumental bronze (6mètres sur 4 tout de même) de Rodin (1840-1917) inspiré du voyage infernal de la Divine Comédie (1307-1321) de Dante (1265 – 1321). Les exemplaires sont tous connus et répertoriés. Par quelle miracle ou intervention du Malin peut-elle se trouver là. Inachevée, cette sculpture fécondera l’œuvre de l’artiste et torturera l’homme…

Acceptant d’acquérir pour une somme ridicule la maison et tous les meubles, Raphaël commence un voyage initiatique au-delà du visible.

La sceptique Béatrice meurt dans un accident de voiture. "Les jours le rongent, les nuits le tuent. Il apprend que la morsure de l’absence grignote tout, qu’elle s’enfonce plus loin que la chair."

EZIL TORTINAC – L’ENFER A PORTEE DE MAIN

Providentielle rencontre avec Sara, journaliste, entrée dans sa boutique par hasard, se saisissant par hasard de la Divine Comédie, lisant une ligne au hasard : "Mais fiche tes yeux plus bas, car voici que s’approche la rivière de sang où sont bouillis ceux qui ont nuit aux autres avec violence". Intriguée car Sara se revoir en forêt de Brocéliande suivant un cruel faits divers…..un autre vers au hasard : "Pour la damnable faute de gourmandise, comme tu vois la pluie me détruit et âme perdue je ne suis pas seule car toutes sont à semblable peine, pour semblable faute". De nouveau un fait divers couvert, celui d’un obèse mort de gourmandise. IMPOSSIBLE. CELA NE PEUT-ÊTRE !

La quête commence, une recherche de la vérité agite Sara et Raphaël. Pourquoi Pierre-Marie et Charlotte tenaient tant à les faire habiter dans cette maison avec cette fresque presque vivante et la Porte de l’Enfer inconnue reliée à la Divine Comédie. La Divine Comédie et les Cercles de l’Enfer. Chacun sera jugé…et condamné selon ses fautes à se tenir dans l’un des cercles pour l’éternité…

Ils iront clandestinement jusqu’au Turkménistan dans la Porte de l’Enfer d’où le Malin crache le feu depuis 40 ans.

Ils s’aimeront comme l’on s’aime dans les romans. Raphaël et Sara ne s’expliquent pas mais poussés l’un vers l’autre. "Ils glissent sans tomber, ils filent sans se dérober, parcourent le reste de la nuit en sautant d’étoile en étoile pour voir scintiller la voûte céleste qui les transporte dans un ravissement extatique."

Ils iront jusqu’au bout d’eux-mêmes luttant pour la liberté d’être, de choisir, d’être.

Crédits :

Les éditions du pied de nez, 206 pages, 19€

Lectori salutem, Pikkendorff

Publié dans Thriller

Commenter cet article