BERNARD MINIER – GLACÉ

Publié le par Patrick Chabannes

BERNARD MINIER – GLACÉ

“Quos vult perdere Jupiter prius demendat.”

Une vallée retranchée du monde au sein des Pyrénées par un hiver froid et sombre. Dans le calme de ces jours alcyoniens, Diane berg découvre son nouvel univers, l’Institut Wargnier, centre de psychiatrie pénitentiaire avec sa belle collection d’assasssins schyzo-parano-pyschopathes. A deux pas de là, un crime horrible laisse pantois le Commandant latiniste Martin Servaz : le chef d’un cheval de course est découvert par plus de 2 000 mètres en haut du téléphérique de la centrale hydroélectrique. La disparition des deux vigiles qui prétendaient n’avoir rien vu rien entendu, inquiète le canton. Le quadrupède s’avère être la fierté d’une familles les plus riches de France. Paris ordonne. Les serviles autorités locales sont aux abois. Le pharmacien est retrouvé crucifié. L’ADN d’un gentil membre de l’Institut qui, bien sur, ne peut matériellement en sortir, est découvert sur la scène de crime.

“Glacé” a reçu le Prix du meilleur roman francophone de Cognac en 2011. Le jury ne s’est pas trompé. La tension ira crescendo ; l’intrigue se noue dans et hors l’Institut ; les fils se font de plus en plus nombreux ; les pistes ne manqueront pas….

L’on aimera les personnages bien campés, l’atmosphère lourde et glaçante, l’intrigue complexe et simple. Quelques amours homosexuelles, un peu de haine du riche et des pédophiles joueurs ancrent le roman dans la modernité.

Un excellent policier au scénario que l’on imaginerait très bien porté à l’écran. Un réalisateur saurait tirer avantage de cette atmosphère étouffante aux lumières sombres, au son étouffé par la neige et aux haines rentrées.

Paru chez XO Edition en 2011, lu chez Pocket, Septembre 2012, 724 pages,

Lectori salutem, Patrick

Publié dans Thriller

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article