WILLIAM DIETRICH – LA PISTE DES TEMPLIERS

Publié le par Patrick Chabannes

WILLIAM DIETRICH – LA PISTE DES TEMPLIERS

“Les Scandinaves sont venus, ont dessiné une carte et ont laissé derrière eux un artefact si puissant, si stupéfiant, que celui qui le trouvera pourra contrôler le futur ! Je te parle du destin des Etats-Unis, Ethan !”

1800, l’Europe se remodèle, l’Amérique se peuple, le siècle des aventuriers et des gredins.

Bonaparte veut en savoir plus sur la Louisiane, le Président Jefferson sur l’Ouest de son continent, les sectes mystiques hantent les mystères du monde, les Grands-Bretons souhaitent contrôler tout le monde et un norvégien veut prouver que l’Amérique a été découverte un siècle avant Christophe Colomb.

Cette quête aux origines de la population amérindienne sera vôtre pendant 8 bonnes heures ; Cette aventure vous est servie par l’excellent conteur qu’est William Dietrich et son héros, le très débrouillard Ethan Gage, amateur de femmes et joueur invétéré.

De la bataille de Marengo aux jupons de Pauline Bonaparte, Ethan Gage se retrouve une fois de plus aux mains d’ennemis. “Sans doute les Britanniques étaient-ils fatigués de me voir faire la girouette une fois de plus et de me retrouver du coté des Français. Et puis il y avait quelques jeunes femmes passablement froissées par notre rupture, une ou deux victimes de jeu, l’occasionnel créancier, toute l’armée autrichienne, les marins du Dangerous dont j’avais gagné la paye aux cartes, les musulmans mécontents du mont du temple à Jérusalem…”Ethan s’en tirera in extremis et, armé de sa long rifle, de son léger tomawak et de son insouciance, accompagné du géant norvégien Magnus Bloodhammer et sa hache à double lames, il franchit l’Atlantique pour arpenter son pays en mission pour son Président : “Je vous laisse donc à votre mission. Vos seuls rivaux seront les Britanniques au Canada, les Français et les Espagnols en Louisiane, la nature hurlante, des animaux gigantesques et des tribus indiennes hostiles. Rien à quoi vous n’ayez déjà fait face des dizaines de fois, n’est-ce pas ?”

Toujours intéressant de porter attention sur les traductions de titre. En l’occurrence le titre américain «Dakota cipher» pourrait se traduire littéralement par le code Sioux ou le Code Dakota. Avouez que le choix de l’éditeur, La piste des Templiers, pour être plus éloigné de sujet, n’en reste pas moins plus vendeur. Le texte est bien servi par la traduction de Pierre Szczeciner.

“Le marteau de Thor. Un chef d’œuvre façonné par les nains à l’époque de l’âge d’or. Les nains Eitri et Brokk forgèrent le marteau de Thor dans leur caverne. Son seul défaut est un manche trop court, car Loki, déguisé en mouche, piqua les paupières de Brokk.”

Pocket 2013 (écrit en 2009, traduit par Le Cherche Midi en 2012), 494 pages, 8,40€

Lectori salutem, Patrick

Publié dans histoire, Thriller

Commenter cet article