FARIBA HACHTROUDI ET ANNE COTREL– ABYSSES

Publié le par Patrick Chabannes

FARIBA HACHTROUDI ET ANNE COTREL– ABYSSES

“Petit caillou cassé lâché et détaché de ma planète perdue je tourbillonne noyée dans le silence du siècle…”

N’est-il pas merveilleux d’entendre notre langue française raisonner au rythme de l’âme persane ? Fariba Hachtroudi est notre brillante intermédiaire entre les deux imaginaires de peuples poètes. Derrière les incessants bruits de bottes, qu’il est bon de convoquer le souvenir de Hafiz, l’âme de Shirâz, la beauté d’Ispahan et des jardins de Fin.

“Oublie

La tache sur l’aile du papillon

C’est ma douleur qui se colore

Bleu cobalt violet vermeil

Une larme qui de l’œil chagrin

Bruine au creux de mes seins

L’empreinte de ta bouche.”

Nicolas Bouvier dans son livre l’usage du monde nous affirme que “le peuple d’Iran est le plus poète du monde.” Fariba Hachtroudi est la musique de notre langue et l’âme de la poésie réunies.

Aragon dans son Prologue aux Poètes convoque Omar Khayyâm, Saadi et Hafiz :

“Firmament de métamorphoses

Où la raison se dépayse

La lumière se décompose

Omar Khayyâm Saadi Hafiz

Ô constellation des roses.”

Le livret est illustré par Anne Cotrel remerciée par l’auteur par ces mots délicats : «“Anne, n’ais-je point écrit ces poèmes en rêvant à tes dessins ? Ce Dieu poète je le connais depuis toujours. Merci de m’avoir accompagnée dans cette belle aventure.”

Merci à Agota pour son Prologue des Poètes en ligne sur son site.

Editions Chèvre-feuille étoilée, 2013, 25 poèmes illustrés, 15€

Lectori salutem, Pikkendorff

Publié dans poésie

Commenter cet article