HUBERT LARCHER – L’ACCOUSTIQUE CISTERCIENNE ET L’UNITÉ SONORE

Publié le par Patrick Chabannes

HUBERT LARCHER – L’ACCOUSTIQUE CISTERCIENNE ET L’UNITÉ SONORE

Du chœur au mur et du mur aux oreilles.
Le Dr Hubert Larcher lève le voile sur le mystère de l’architecture cistercienne issue l’aventure architecturale née avec l’Abbaye de Cîteaux (1098), Bonnevaux (1119), Mazan (1120) pour donner l’Abbaye de Thoronet en 1136. Combien d’églises cisterciennes fleurissent en Europe ? 343 Abbayes tout de même. Quelle floraison !

A l’origine, le Plan Bernardin. Ce programme de construction issu de partis pris tels que la réduction de la taille des édifices au service de l’ouïe, toujours première servie, au rythme du souffle de l’homme, seule mesure de la neume au sein des musiques sacrées.

En témoigne l’Abbaye du Thoronet et sa “voûte austère, voûte exigeante dont la réverbération atteint quatre secondes et qui, sous peine de sanction, ne s’accommode pas de n’importe quel timbre et veut un certain rythme en accord avec elle.

Le parti pris de l’ouïe disparaîtra avec celle de son promoteur en 1153. Le triomphe de l’œil sur l’ouïe fut radical. Il faudra l’orgue pour prendre la mesure des dimensions des nouvelles nefs de Dieu.

Quand survient le divorce entre l’œil et l’oreille, conjointe abandonnée, c’est l’unité qui meurt. L’Esprit déserte l’art, le temple se profane, le social prend la place du spirituel. Dans une architecture inconsciente du Verbe, la Parole de Dieu jetée au microphone s’y brise et s’y déforme au gré de haut-parleurs dont les cent bouche crient : *Je m’appelle Légion.”

*Matthieu, 26, 54 Armée immense, innombrable (d'anges ou de démons).

Editions Désiris, 2003, 40 pages, 9,50€

Lectori salutem, Pikkendorff

Publié dans Musique

Commenter cet article