LIAN HEARN – LA MAISON DE L’ARBRE JOUEUR

Publié le par Patrick Chabannes

LIAN HEARN – LA MAISON DE L’ARBRE JOUEUR

"Dans les écoles de sabre, on enseigne à ne pas s’accrocher à la vie, à être prêt à périr à tout instant, en affrontant la mort avec une indifférence tranquille. Cependant tous les professeurs ont eux-mêmes atteint l’âge mûr sans sacrifier vainement leurs vies."

La révolution française qui mit le feu au continent européen vient de prendre fin. De ces décennies guerrières, les Occidentaux ont tiré une puissance militaire développant leurs armes et leur médecine grâce à l’innovation et le commerce. Tournés maintenant vers le Monde, l’Occident s’impose en modifiant les rapports de forces locaux. Le Japon féodal, sous la férule des Torugawa, divisé en domaines rivaux ne pourra maintenir son système de classe où le guerrier, le samouraï, est l’image de la réussite.

Japon, 1850. Ce livre est l’histoire vraie et romancée des hommes qui ont détruit l’ancien monde et reformé la nation avec leurs rêves et leurs illusions, leur courage et leur sottise, leurs succès imprévus et leurs cruels échecs.

Si l’amour et les sabres font de cet ouvrage une œuvre romanesque, il n’en reste pas moins qu’il s’agit aussi, et même surtout, d’un livre d’histoire sur la restauration de Meiji et la naissance du Japon moderne. 1868, l’année nouvelle fut la première de l’année Meiji, une ère nouvelle pour un monde nouveau, merveilleux à bien des égards mais différent de celui que nous avions rêvé.

Peu habitués aux noms nippons, l’on conseillera au lecteur occidental une lecture assidue pour rester dans le contexte du monde du soleil levant.

Tous les voyageurs du temps et de l’espace, les lecteurs, ne pourront que se féliciter de cette plongée dans l’histoire rendue agréable par les aventures de la très indépendante Tsuru. A lire absolument.

Vers l’époque du solstice d’été, mon époux et moi découvrîmes l’effet des boulets de canon et des obus sur le corps humain. Malgré toutes nos lectures, nous fûmes absolument pris de court et vîmes des choses dépassant toute description.

Le site de l’auteur : www.lianhearn.com

Site web anglophones
Docteur Richard L. Langill : Histoire de la civilisation chinoise et japonaise
Professeur Brian Hoffert : The decline of Tokugawa

Les deux principales sources bibliographiques de Lian Hearn.

Chôshû in the Meiji restoration by Albert Craig
The revolutionary origins of modern Japon by Thomas Huber

Edité en 2010 sus le titre original Blossoms and shadows puis chez Gallimard en 2012 avec une traduction de l’anglais par Philippe Giraudon qui effectua celle du Clan des Otori.

Chez Folio, no : 5731, Janvier 2014, 600 pages pour un tout petit 8,40€

Lectori salutem, Pikkendorff

Publié dans voyage, histoire

Commenter cet article