Les valeurs du sport

Publié le par Patrick Chabannes

Au rythme de vieilles mélopées chantées par ses soixante-mille bouches, scandées par ses cent-vingt mille mains, la Foule, une et multiple, d’un cœur unique battant, frémit puis hurle frénétiquement à l’entrée des Dieux du stade, trente guerriers aux tenues bigarrées. A peine est elle remise de cette poussée d’adrénaline qu’est présenté le Trophée ultime, ce bouclier venu du fond des âges, puis se succèdent les chants tribaux et enfin le signal délivrant les hommes sur le champ de bataille. Sueur et sang, force et vitesse, l’affrontement est total; la foule chante, crie, vocifère, se libère soutenant la lutte de ses combattants idéalisés derniers représentants d’une ancienne société conquérante et guerrière protégée par son principe de précaution constitutionnalisé.

Publié dans rêves en plumes

Commenter cet article