René Barjavel – La faim du tigre

Publié le par Patrick Chabannes

René Barjavel – La faim du tigre

"La Loi n’est pas la connaissance. Les Commandements ne sont pas l’Enseignement."

Décidons-nous de notre destin ? Voulons-nous notre vie ou continue-t-elle sans le secours de notre volonté ? Sommes-nous logés en nous-même à la façon d’un passager incompétent ? La vie continue-t-elle parce que nous sommes mortels ? Le sexe n’est-il que reproduction où l’homme oublieux du but se laisse tirer par le moyen comme un chat de gouttière? L’amour n’est-il pas oubli de soi sans besoin d’être partagé ? Et pourquoi survivre ? Pour tuer ? Dieu n’est-il plus accessible qu’aux aventuriers ? Et tant d’autres questions…

Si un individu devenait tout à coup responsables de son corps, celui-ci sombrerait aussitôt dans le désordre et la décomposition. Le gouvernement d’un monde aussi complexe que le corps humain réclame une connaissance totale des ressources de la matière et des lois de notre univers. Il exige un éveil perpétuel, une attention ininterrompue, une capacité de réception, de coordination et de décision qui ne laisse en dehors du circuit de la vie aucune parcelle de l’organisme. Tout cela est très loin au-dessus des possibilités de connaissances, de compréhension et de volonté humaine. L’homme est comme logé en lui-même à la façon d’un passager incompétent

René Barjavel, sur un ton souvent déroutant, parfois désespéré et toujours profond et équilibré, interroge notre lien avec nous-même, avec l’autre.

La science et la religion semblent impuissantes à expliquer ou à partager le pourquoi. Lâché par le rationalisme et l’irrationnel, les deux béquilles de l’homme adolescent, que je tombe ou m’envole, il me faudra bien apprendre à marcher.

Une lecture roborative et rafraichissante. Un de ces texte que l’on devrait offrir à nos jeunes gens et qu’ils conserveraient jusqu’au crépuscule de leur vie.

Merci à Nicolas K. La qualité de cette proposition de lecture ne m’étonne pas, elle me ravit.

Denoël, 1966, Folio 2014, 200 pages extraordinaires, un cadeau à 7€, ce n’est plus un prix mais un don à une œuvre de réconciliation avec soi.

Lctori salute, Pikkendorff

Publié dans conscience

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article