Paul Christophe Abel – Vénus en révolution (un peintre dans la guerre des paysans)

Publié le par Patrick Chabannes

Paul Christophe Abel – Vénus en révolution (un peintre dans la guerre des paysans)

"Lis-tu cela par philautia, par narcissisme, dans le but d’étaler ton vaste savoir, ou par hédoné, pour le plaisir ? Je restai stupéfait : le chemineau rapiécé était un lettré ! De surprise, j'en bafouillai : Euh... Par sophia, j'imagine. Pour m'endormir le soir un peu moins couillon que le matin."
XVIème siècle…Tournant de l’histoire européenne. La force des évangiles, son texte. Emancipation du regard et de la pensée, Liberté individuelle, liberté de penser, liberté dans son rapport à Dieu.

1525, apprenti peintre, Jan Fink a 19 ans ; il traverse l’Europe de Charles Quint d’Anvers à Bâle avec pour tout bagage un tableau, son matériel de dessin et ses quatre livres :La Bible de Mentelin en haut-allemand, De pictura de Léon Battista Alberti, La Circumnavigatio de Magellan par Maximilianus Transylvanus (25K$ sur eBay) et l’Eloge de la folie d’Erasme.

Voyage initiatique, roman historique, personnages croqués à souhait, un zest de romance, une pincée de suspens, Paul Christophe a bien réussi son affaire en jetant Jan Fink dans la révolte des paysans avec la rencontre fortuite du chemineau rapiécé, Holatrio, l’un des meneurs de la sédition. Les machines à imprimer permettent de revenir aux sources des évangiles, le clergé hypocrite et les nobles sont les objets de leur détestation. Les uns ont transformé Dieu en épicier ambulant, et les autres prennent l’homme du commun pour un mulet de bât.

L’Allemagne gronde à l’appel de Luther. Mais dépassé par les bandes de paysans et par les illuminés anabaptistes, ce sera la guerre des paysans avec les Douze Articles, leur charte, en étendard.

Un printemps de folie, une succession d’expériences excessives, des plus heureuses aux plus terribles dira plus tard Jan Fink.

Paul Christophe Abel a été récompensé par le prix des écrivains d’Alsace et Lorraine en 2008 pour Le Légionnaire de Lata Petra (Itiniéraire d’un soldat romain du IIème siècleà

Avec ce nouvel ouvrage bien composé cet auteur s’installe dans le paysage. Il s’agira pour lui de choisir son public. Soit continuer à proposer un contenu riche, immersif, et exigeant soit s’adapter au lectorat pour toucher encore plus de monde.

Le livre est agréablement illustré par François Abel

Le Verger éditeur, 400 pages, 19€…un ticket pour une initiation aux mouvements du monde. Moins cher qu’un passeport pour Eurodisney et au moins aussi marquant.

Lectori salutem, Pikkendorf

Publié dans histoire, romans

Commenter cet article