Abdennour Bidar – L’Islam sans soumission

Publié le par Patrick Chabannes

Abdennour Bidar – L’Islam sans soumission

"Imitatio Dei. Un Dieu qui écrase l’homme produit des sociétés où l’homme écrase l’homme."

  • Un livre pour ces musulmans définissant "l’Islam comme Loi et soumission alors qu’ils le vivent sur le mode de la liberté et du choix de conscience".
  • Un livre pour les musulmans, conscients du poids de la soumission à Dieu dans l’Islam, recherchant une voie de libération en restant fidèles au Livre.
  • Un livre enfin les croyants, athées et agnostiques curieux et inquiets, posant la question du possible avenir de l’Islam au sein de nos sociétés modernes.

Première partie – L’Islam soumission

"Ne faut-il pas d’abord, en tant que musulmans être capable d’affronter une vérité, celle du Coran machine à fabriquer de la servitude, de la soumission et des esclaves de Dieu ?"
Si le lecteur passe cette ligne, il y a de l’espoir si les insultes fusent, il faudra attendre encore un peu.

Spinoza ne fut-il chassé de sa communauté pour avoir décrit l’inutilité des marques de soumission à un Dieu parfait en 1565 (Lire ici)? Ne sommes-nous pas en 1436 du calendrier de l’Hégire

Conséquence ou origine ? Texte ou contingence historique, politique, islam.. ? Pourquoi hier comme aujourd’hui ? Cette étape est nécessaire, voir salutaire, pour en comprendre les mécanismes tant elle est la racine de l’ensemble de toutes les autres servitudes dérivées qui se manifestent sur le plan moral, social et politique.

Abdennour Bidar – L’Islam sans soumission

Deuxième partie – une lecture créatrice du Coran

L’Islam historique centré sur le dogme de ma servitude n’a jamais été à la hauteur de son texte sacré.
Par un acte de lecture créatrice, Abdennour Bidal, posant que rien dans le texte, n’interdit l’accès au texte, va puiser au sein du Coran les ressources théologiques nécessaires pour remplacer la soumission par une liberté humaine, un existentialisme propre à ouvrir l’espace musulman à une dynamique épuisée depuis le XIIIème siècle.

Et les Juifs et les Chrétiens pendant ce temps là ? Tselem Elohim. L’homme créé à l’image de Dieu.
Juifs et Chrétien ont au sein de leur texte un rapport à Dieu très différent offrant une liberté humaine. Cette lecture, le houloùl, fut condamné dès les premiers temps de l’histoire de l’Islam.

Troisième partie – La voie: le mystère de l'homme khalif.

Allah confie aux hommes le khalîfat sur terre. Et Abdennour Bidar de poser la question de la signification de khalîfat : Substitut ou remplaçant de Dieu. Et pendant les 50 pages suivantes s’ensuit une exégèse passionnante visant, avec raison, à établir que les commentateurs autorisés ont préféré le substitut, donc la soumission, mais que d’évidence l’homme est remplaçant de Dieu qui s’écarte du monde, dernier des prophètes, fin des interventions divines.

La troisième partie explore les conséquences de cette relecture tandis que la fin de l’ouvrage démontre que l’Islam est l’avenir spirituel du monde. Ces deux dernières parties seront plus faciles à lire pour le croyant musulman qui ne se serait pas enfuit pendant la lecture des 90 premières pages.

Pour les non-musulmans
La première moitié est passionnante et inquiétante tant il semble difficile et si simple de rouvrir le Coran à une lecture créatrice.
La deuxième moitié du livre sera moins intéressante tant l’auteur se lance dans des démonstrations alambiquées convoquant philosophes et théologiens de toutes origines, enjambant les siècles avec une confusion désarmante au profit d’un Islam triomphant. Nous lui pardonnerons tant l’entrée de l’Islam dans la modernité aura apaisé les tensions actuelles entre communautés.

Pour les Chrétiens
Les Evangiles annoncent la civilisation de l’Amour. L’Islam n’en dit pas un mot. Le livre d’Abdennour Bidal non plus. Dieu a 99 noms mais pas celui-là

Les bouddhistes, taoïstes et autres orientaux
Ils s’étonneront que le philosophe musulman ne voit le monde que par ces religions nées au même endroit, sous le soleil et dans le désert alors que tant d’autres traditions parlent de l’homme et de sa relation avec l’inconnaissable, la mort, la vie.

La civilisation sumérienne
Restons dans le même bassin et notons que 10 000 ans avant l’arrivée des trois religions dites du Livre, s’installe, très localement, une civilisation…Mais cela est une autre histoire… Lire Histoire secrète des civilisations de Bleuette Diot

Albin Michel, Espaces libres, 252 pages, 8,50 en poche, pas facile à lire tout de même !

Publié dans conscience

Commenter cet article