Jean-René Admiral - Sourcier ou cibliste, les profondeurs de la traduction

Publié le par Patrick Chabannes

Jean-René Admiral - Sourcier ou cibliste, les profondeurs de la traduction

"Il n’est pas nécessaire d’entendre une langue pour la traduire puisque l’on ne traduit que pour des gens qui ne l’entendent point.*"
Recueil d’articles de fond sur le thème sourcier – cibliste, ces concepts inventés en 1983 par l’auteur qui font débat depuis que la nécessité de traduire existe. Ce maître-livre pour qui fait profession d’offrir des textes ne sera pas facile d’accès pour le vulgaire tant la langue de Jean-René Admiral, philosophe, linguiste et traducteur, est précise et riche.

"A quoi, à qui, une traduction doit-elle être fidèle ? à la langue-source ou à l’esprit de ce qu’il faudra rendre dans la langue-cible ? Il y a là une antinomie entre deux modes de fidélités possibles. Toute traduction existe dans la tension entre ces deux exigences, nécessaires et contradictoires qui la définissent."

Agacé par le scientisme des sciences humaines tentant de copier le positivisme des sciences dures, Jean-René Admiral pose superbement que "les oppositions théoriques qui alimentent les débats dans le champ d’études des sciences humaines sont moins souvent dépassées qu’elles ne sont déplacées."

"La communication est un cas particulier du malentendu." Bourdieu

"Littera enim occidit, spiritus autem vificat. La lettre tue, mais l’esprit vivifie." Saint Paul, 2ème épitre aux Corinthiens, 3, 6.

*Le Seigneur Bloculocus au Sultan Mangogul in les Bijoux Indiscrets de Diderot.

Les Belles Lettres, collections Traductologiques, 280 pages, 25€

Lectori salutem, Patrick

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article