Jacques Blanken – Contrebandiers, Smogleurs en Manche. Histoire d’un commerce interlope

Publié le par Patrick Chabannes

Jacques Blanken – Contrebandiers, Smogleurs en Manche. Histoire d’un commerce interlope

"Bien qu’à certaines époques de notre histoire, la contrebande eut une importance économique considérable, sur le plan administratif, une certaine discrétion entourait en France cette activité. Si ce n’est quelques mentions ici ou là dans les archives, le silence est la règle générale. A l’inverse, chez nos voisins d’outre-Manche une littérature assez considérable couvre cette activité, tant en ce qui concerne les acteurs que les méthodes et moyens, la lutte et la répression qui ont sévi à son encontre. À Polperro, petit port de l’accord de Cornouailles britannique, existe même un intéressant petit musée de la contrebande…"

Si l’échange est inhérent à l’humain, les taxes, et la fraude sa réponse libertaire, le sont de l’État. Et durant deux siècles de taxes et de guerres la contrebande fleurit sur les côtes bretonnes à l’abri de la baie de Morlaix à deux encablures de l’ouvert de la Manche. Marchands, corsaires, smogleurs, douaniers, prisonniers, capitaine de Batz, Malouins, architectes navals, maître voilier, gens de sac et de corde, corruption, profits, drames firent l’histoire du Léon. Imaginez qu’au moment de son apogée, milieu du XVIIIème siècle, le commerce interlope était supérieur au commerce légal entre France et UK.

Jacques Blanken offre à chacun une part de l’histoire de ce coin de Bretagne grâce à un travail documentaire important, une plume facile et une présentation ordonnée.

Le lecteur pourra ainsi découvrir entres autres choses que,

  • si en France le faux saunage, chez nos voisins la laine de moutons furent les premières marchandises échangées, elles varieront ensuite au gré des taxes et impôts, herbe à Nicot, alcool…
  • si beaucoup de Malouins prirent part à l’aventure, des américains vinrent chasser en Manche avec la Princesse noire et le Prince noir, les célèbres goélettes de Boston, commissionnées par Benjamin Franklin pendant la guerre d’indépendance
  • de cette lutte de vitesse entre douaniers et smogleurs résultera une progression de l’architecture et de la construction navales amenant même au milieu du XIX le début du yachting.

Reportage France 3 Iroise Mai 2015

Les revenues cutter (cotres), chaloupes, sloops, cotres, lougres, chasse-marées, goélettes et bricks, les amateurs de voile aimeront particulièrement l’histoire de ces navires et des hommes qui les firent.

The model of the 1789-built Peggy in the Manx Nautical Museum in Castletown, Isle of Man, is only a taster for seeing the real thing in the "boat cellar" below. Photo: W M Nixon

The model of the 1789-built Peggy in the Manx Nautical Museum in Castletown, Isle of Man, is only a taster for seeing the real thing in the "boat cellar" below. Photo: W M Nixon

Jacques Blanken – Contrebandiers, Smogleurs en Manche. Histoire d’un commerce interlope

Très beau livre illustré par Fanch Moal acquis sur le port de Douarnenez lors du Festival Maritime 2016.

Locus Solus, 2015, un léger 23€ pour 264 pages d’aventures du commerce interlopes..

Lectori salutem, Patrick

Publié dans histoire, Economie, Sport

Commenter cet article