Trevanian – Shibumi

Publié le par Patrick Chabannes

"Qui aurait deviné, en regardant le jeune homme debout contre la rambarde rouillée, ses yeux verts mi-clos fixés sur la houle tandis qu’il songeait aux deux cadeaux que lui avait offert le général – ces Go ke et l’espoir de parvenir au shibumi -, qui aurait deviné qu’il allait devenir le tueur le mieux payé du monde ?"
Échanges de coups de feu à l’aéroport de Rome, 9 morts israéliens, arabes et japonais. La CIA est dans l’affaire. La mystérieuse Mother Company est à la manœuvre. La CIA en sous-traitance. Un des israéliens s’échappe, la course poursuite mène tout ce petit monde à Etchebar au Pays Basque, dans l’antre de Nicholaï Hel,le tueur le mieux payé du monde…

Le style de Trevanian est magnifique. A l’image du héros ou plutôt de l’anti-héros, Nicholaï Hel, il est léger, rapide, curieux, insolent, profond, dédaigneux. Il est shibumi. 500 pages de plaisir.

Roman d’espionnage, promenade dans les cultures, voyage au Japon, critique acerbe de l’Amérique marchande, amour du Pays Basque, il n’est ni espionnage, ni récit de voyage, ni littérature, ni thriller, ni roman tourne-page américain. Cet ovni littéraire qui n’a que peu vieilli vous offrira bien certainement quelques heures de plaisir de lecture dans le monde du mystérieux Trevanian né au début des années 30 et parfaitement décodé dans cet article de Slate.

Shibumi : L’on trouvera, de la bouche même du Général Kishikawa, une définition du Shibumi à la page 97

Paru en 1979 sous le titre original Shibumi, traduit en français en 1981 par Anne Damour pour Robert Laffont, exhumé en 2008 par Gallmeister, en poche, 517 passionnantes pages pour 11€ seulement !
lien vers le site de l’éditeur

Lectori salutem, Patrick

Commenter cet article