Laurie Hawks - L’art de penser dans un monde distrait et violent

Publié le par Patrick Chabannes

"Une pensée qui inclut une conscience de soi-même, une conscience d’autrui, une conscience du monde."
Le titre n’est-il pas prometteur ? En trois mots me voilà captivé. Autour de moi la pensée me semble enfermée derrière le bruit et l’action, derrière le faire. Son absence est si troublante lors des réunions, au sein des courriels et même dans des ateliers de réflexions sur les processus de travail. N’est-il d’ailleurs pas impossible d’écrire le compte-rendu de la réunion avant sa survenance ? Preuve de l’absence de la pensée et de son acolyte l’attention.

Mais dès l’introduction la belle promesse s’enfuit. Il n’est plus question de l’art de penser ou de ce monde distrait et violent. Le thème du livre est en fait : Définition et application de la mentalisation à la vie sociale.

Peu intéressé par le genre, je ferme l’ouvrage.

Pour autant vous pourriez être attiré par la description de la mentalisation, cette capacité faisant appel aux formes de l’intelligence sociale décrite par Daniel Goldman sous le nom d’intelligence émotionnelle ou partie des catégories des cinq formes d’intelligence de Howard Gardner.

Odile Jacob, 2016, 175 pages, 21,90

Lectori salutem, Patrick

 

Publié dans conscience

Commenter cet article