Anton Tchekhov (1860 – 1904) – contes humoristiques

Publié le par Patrick Chabannes

"Je vous conseillerai, Monsieur, ce magnifique révolver. Système Smith & Vesson. Le dernier mot de la science des armes à feu. À trois coups, avec extracteur, d’une portée de six cents pas, à percussion centrale ? J’attire votre attention, Monsieur, sur le fini du travail. Le système le plus en vogue, Monsieur…Chaque jours nous en vendons des dizaines contre les malfaiteurs, les loups et les amants."
Cette édition réalisée sous la direction de Jean Pérus propose une série de courtes nouvelles écrites entre 1884 et 1887 avec une drôlerie faîte de dérision et de moquerie.
Curieuse sensation que de lire un ouvrage d’un autre temps. En effet cette traduction de Madeleine Durand et Edouard Parayre, est éditée en 1987 aux éditions Messidor qui déposèrent leur bilan en 1994. Anciennement Éditeurs français réunis (EFR) dirigées par Louis Aragon, les éditions littéraires Messidor appartenaient au groupe éditorial du Parti communiste français et, malgré le succès de Pif, le glas a sonné pour le monopole intellectuel d’Aragon et du PCF sur la littérature venue de l’Est. En 1974, le Seuil édite l'Archipel du goulag, d'Alexandre Soljenitsyne (1918-2008) dissipant le brouillard sur un univers profondément despotique cristallise donc le virage mental et politique.

Les très politiques contes humoristiques d’Anton Tchekhov, leur drôlerie et leur dérision, appellent à la critique et à la liberté. Curieux de voir que le vente de liberté a soufflé deux fois sur le contenu et sur l’éditeur : le contenu critique sont époque renversée par la Révolution de 1917 et à front renversé l’éditeur du PCF est renversé aussi par le besoin de liberté.
 

" La médecine est ma femme légitime, la littérature, ma maîtresse. Quand l'une m'ennuie, je vais passer ma nuit avec l'autre."Anton Tchekhov (1860 – 1904)
​​​​​​​

Edition Messidor, Mars 1987, 220 pages,

Lectori salutem, Patrick

Publié dans Littérature, histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article