Magda Szabo - L’Instant La Créüside

Publié le par Patrick Chabannes

Magda Szabo - L’Instant La Créüside

Un chant, une musique envoutante, une poésie épique servie par une magnifique traduction de Chantal Philippe. Il ne m’est que de songer à ce rhapsode en écrivant ces quelques lignes pour sentir mon cœur et mon âme vibrer sous l’emprise de l’émotion. L’aède Magda a sacrifié à Clio en laissant une part de son âme en ces lignes divines.

L’Enéide. Fin de la République, création de l’Empire, divinisation de l’empereur, Caius Octavius de la gens Julia, est le Divin Empereur Auguste. Mécène commande à Virgile, l’Enéide, suite de l’œuvre d’Homère fondatrice de l’empire grec, pour exposer le plan des Dieux sur Auguste et les Romains par Iule, fondateur de l’Italie, fils d’Enée, petit-fils d’Anchise et d’Aphrodite, fondateur de la Gens Julia, ancêtre de Caius Julius Caesar et de Caius Octavius Augustus. Le scénario de Virgile est simple. Créüse, la femme d’Enée, doit mourir sans pathos au moment de la chute de Troie laissant le pieux Enée suivre la voix des Dieux et fonder une nouvelle Troie en Italie. Libéré des entraves conjugales, Enée peut aimer la reine Didon à Carthage et marier Lavinia fille du Roi Latinus et obtenir le Latium et l’Italie en dot.

Cela ne se peut. Magda Szabo, s’appuyant sur une connaissance fine et vibrante de L’Enéide, revisite l’épopée et laisse la vie à Créüse. La belle ne peut mourir pour la raison d’Etat. L’arrêt d’Auguste exécuté par Virgile le poète est cassé.

Entrez dans la véritable l’Enéïde conté par Créüse.

‘’Alors fais en sorte de toujours donner aux rhapsodes un épisode susceptible d’émouvoir les âmes. Les historiens s’empresseront de le démentir, mais leur version ne fait pas le poids quand la force créatrice de la littérature s’exprime dans toute sa beauté.’’ In - page 132

Lectori salutem,

Publié dans histoire, romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article