Entretien avec Jean-Michel Oughourlian dans la Revue des Deux Mondes Mai 2018

Publié le par Patrick Chabannes

« Notre cerveau reflète l’activité que nous observons chez les autres. »

Le 3èmecerveau active notre capacité relationnelle ou comment les incroyables et bien réels neurones-miroirs nous font voir l’autre comme un modèle, un rival ou un obstacle. L’homme, cette machine à imiter, mêle à son cerveau cognitif et à son cerveau émotionnel, un troisième cerveau.

Dans un entretien donné à Sébastien Lapaque dans la vénérable Revue des deux Mondes, Jean-Michel Oughourlian, compagnon intellectuel de René Girard et ancien chef du service psychiatrie de l’hôpital américain de Paris, revient sur cette découverte scientifique majeure : les neurones-miroirs.

 

Le désir mimétique, l’imitation, ces sources d’admiration et de jalousie sont bien connus de la psychiatrie ou et de la littérature. Dès 1961 dans Mensonge romantique et vérité romanesque, René Girard pose les bases de la théorie mimétique en montrant que, de Dante à Flaubert en passant par Proust ou Stendhal, tous les personnages obéissent à une imitation du désir de l’autre. Si la psychiatrie le confirma par la suite, en 1995, l’imagerie médicale (Pet-Scan) permit de démontrer un incroyable fait entraînant de saisissantes conséquences.

 

Préalable
Tout geste élémentaire d’une personne allume des zones dans le cerveau. Les mêmes zones pour tout le monde. Ces zones peuvent être visibles grâce à l’imagerie médicale. 

 

Constat

  • Les témoins d’un geste accompli par un tiers allument aussi les mêmes zones de leurs cerveaux.
  • "Notre cerveau reflète l’activité que nous observons chez les autres."

 

Conséquences

  • Nos cerveaux se connectent comme en wifi par simple observation prouvant notre capacité à établir un rapport avec l’autre en tant qu’alter ego.
  • Notre cerveau se met immédiatemment en situation de faire la même chose que lui.
  • Notre cerveau comprend non seulement que que l’autre fait mais aussi ce qu’il veut faire.

Pourquoi le savoir ?

  • Savoir que notre cerveau est une machine à imiter nous fait voir les relations à l’autre différemment. Une personne boit, mon désir de boire s’allume.
  • La jalousie n’est qu’une reproduction du désir de l’autre. Voilà une nouvelle excuse, scientifique celle-ci, d’avoir couché avec le mari de votre meilleur amie !

 

Parce que la connaissance est libératrice !
Si la dispute scientifique fait toujours rage sur le sujet, le bien réel fait biologique éclairant les mécanismes d’imitation nous permet de mieux nous connaître. Qui accepterai de gaité de cœur l’idée que son désir n’est pas le sien.
Savoir me permet d’être plus libre du désir de l’autre. Je sais scientifiquement que mon envie de café vient de George Clooney buvant un ristretto ! 

 

La liberté s’acquiert par la connaissance du réel.

 

Lectori salutem, Patrick

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article