Benoît XVI & Cardinal Robert Sarah – Des profondeurs de nos cœurs

Publié le par Patrick Chabannes

"Vous tous, prêtres cachés et oubliés, vous que la société méprise parfois, vous qui êtes fidèles aux promesses de votre ordination, vous faites trembler les puissances de ce monde. Vous leur rappelez que rien ne résiste à la force du don de votre vie pour la vérité. Votre présence est insupportable au Prince du mensonge."
Un livre clé pour faire face à la crise du sacerdoce par deux admirables textes de chacun des auteurs proposent, sous forme de lectio divina et d’une disputatio, de faire échec au relativisme ambiant en proclamant que le célibat est une proclamation de foi et la pierre angulaire de l’Église.

 

"Toute action doit être précédée par une intense vie de prière, de contemplation, de recherche et d’écoute de la volonté de Dieu."

Sans surprise la lectio divina de Benoît XVI remonte aux sources bibliques du sacerdoce avec clarté et précision. Résumons ainsi en espérant ne pas trop trahir la profonde pensée des deux auteurs : L’absence de relation charnelle avec une femme est déjà attestée depuis que les officiants de la tribu Aaron – Lévi – le Lévite restait privé de terre vivant de Dieu seulement - pratiquait une abstinence fonctionnelle de trois jours avant d’officier. L’apôtre catholique renonce radicalement au mariage, à la famille et aux biens terrestres et cvec la fréquente voir quotidienne communion, l’abstinence est devenue ontologique 

De la crise des vocations

« Priez donc le Seigneur de la moisson, afin qu’il envoie des ouvriers dans sa moisson. » MT 9,38. L’appel aux vocations est inhérente à la Foi catholique puisque les officiants ne sont pas des ministres du culte, comme les Lévi ou les pasteurs. Le prêtre incarne le Christ. il est debout devant Lui pour Le servir ; il est de ceux qui veillent droit dans la vérité face au mal.

 

« Que l’Église ne soit pas notre institution mais l’irruption de quelque chose d’autre, cela a pour conséquence que nous ne pouvons jamais simplement la fabriquer nous-même. »

De nouvelles vocations se soulèveront par la force de la prière seulement ; nommer des fonctionnaires de la foi ferait de l’Église une institution humaine à visée humanitaire avec l’efficacité et la fonctionnalité comme lois et des prêtres spécialistes de l’action sociale, de politique et d’écologie. 
Les fidèles n’attendent qu’une chose des prêtres : qu’ils soient des spécialistes de Dieu. (Benoît XVI)

 

À propos de quelques polémiques

« La recherche de la vérité ne peut se faire que dans l’ouverture du cœur. »

Des polémiques sont nées dès la publication de ce puissant ouvrage faisant échec au Prince de ce monde et au relativisme régnant. Pour un lecteur de Joseph Ratzinger, il ne fait aucun doute que Benoît XVI est bien l’auteur de sa partie.

 

 

Combattre le relativisme régnant 

« Avoir une foi claire, selon le credo de l’Église est souvent qualifié aujourd’hui de fondamentalisme. Tandis que le relativisme, qui consiste à se laisser balloter et « emporter à tout vent de doctrine », semble la seule attitude acceptable selon les critères d’aujourd’hui. Nous allons vers une dictature du relativisme qui ne reconnaît rien comme certain et ne retient comme critère ultime que son propre ego et ses propres désirs. »

Joseph Ratzinger, homélie prononcée dans la basilique vaticane le 18 Avril 2005 avec entre guillemets mention des Éphésiens, 4 :14

 

 

Sauf mention contraire toutes les citations sont du Cardinal Sarah

"Toute action doit être précédée par une intense vie de prière, de contemplation, de recherche et d’écoute de la volonté de Dieu."  Cardinal Robert Sarah avec Nicolas Diat, in La force du silence. Contre la dictature du bruit.

 

Éditions Arthème Fayard, 2020, 170 pages, 18€ de condensé d’intelligence

 

Lectori salutem, Patrick

Publié dans conscience

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article