René Barjavel - La tempête

Publié le par Patrick Chabannes

«Son nez et ses deux mains ouvertes collés à la cloison transparente, ses yeux dévorant son visage jusqu'à ses cheveux incendiés, Filly emplissait son âme de la fantastique beauté du cataclysme.»
Un roman fiévreux, une dystopie des années 80 dont les ressorts n'ont pas tant vieilli. Que se passerait-il donc si subitement toute la population de la Terre devenait irénique ? La société moderne existe-t-elle sans la compétition ? L'Europe, paradoxalement n'a-t-elle pas été au faite de sa puissance avant de tenter l'impossible union ?

« TV News n'avait pas le temps. Sa devise était "Informer d' abord, s'informer ensuite."

Plongez avec délices dans ce Barjavel pour un ou deux soirs, il vous en restera de la bonne humeur.

« Sur Kennedy Beach, la foule qui piétinait derrière le cordon de police était surtout féminine, et très énervée par l'absence de mâles, bien qu'elle ne sût guère les utiliser quand ils étaient là.»

Editions Denoël 1982, Poche de 276 pages, bibliothèque municipale
 

Lectori salutem, Patrick

Publié dans romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article