Tom Robbins – Féroces Infirmes Retour des Pays Chauds

Publié le par Patrick Chabannes

"À l’intérieur du royaume du rire, la lumière et l’obscurité se mêlent et n’existent plus comme des conditions séparées ou distinctes. Un peuple qui pourrait vivre dans ce royaume serait libéré de toutes les dualités de la vie."

Une fresque picaresque, fantasque et graphique, hilarante et décapante. Un roman sur la force du trait d’esprit et face à celui des esprits, de l’humour et de la nature. Un essai drôlatique questionnant l’existence entre envie de liberté et confortables croyances. Les hommes libres le feront lire à leurs amis, les autres, au mieux en riront et au pire se détourneront de sa dangereuse lumière.

"C’est cela, votre foi, alors ? Liberté et imprévisibilité ?"

Accompagnez le baroudeur Switters des anges de la CIA, au Pérou et dans le désert, dans sa lecture de l’impénétrable Finnegans Wake et dans sa recherche. Les mystères de la vie s’offrent à celui qui sait regarder. Un roman au sens de Milan Kundera, un roman questionnant l’existence. Merci Dasha de cette proposition de lecture. Un grand livre.

"Chez Maestra, Switters fut accueilli dans l’entrée par un docteur et une avocate. Difficile de faire pire. Partons du principe qu’aucune personne normalement constituée ne ferai entrer chez elle un promoteur immobilier, il ne manquait que la présence d’un flic et d’un prêtre (Les quatre cavaliers de l’Apocalypse) pour compléter cette liste infernale."

"La grosse farce involontaire pouvait les réjouir, mais un trait d’esprit délibéré était aussi étranger à leur sensibilité qu’un emprunt à taux fixe. Le comique en tant que tel ne faisait pas partie de la conscience bédouines, ni de la conscience de bien d’autres peuples non-occidentaux et aux traditions archaïques."

"En revanche, la grande faiblesse de l’homme civilisé, sa faille, la cause de sa perte, peut-être, c’était son éloignement de la nature et de cet aspect contesté de la réalité qu’on appelait parfois le « monde des esprits », deux des domaines avec lesquels les Bédouins, les Kandakanderos et leurs semblables établissaient facilement des rapports de bonne intelligence avec une sorte de génie inné et de grâce harmonieuse."

"Marchands, sonnez trois fois. Nécessiteux, sonnez deux fois. Impies, passez votre chemin."

"Dans une réalité faite de langage, les gens qui parviennent à nommer les choses possèdent psychologiquement ces choses."

"Ce que je cherche, c’est le romancier qui considère l’écriture comme une extension de son intellect plutôt que comme une extension de ses névroses."

"On ne vit que deux fois :
La première quand on est
La seconde
Quand on est face à la mort."

Bashô

 

Fierce Invalids Home From Hot Climate, édité en 2000 par Tom Robbins, traduit de l’américain par François Happe pour Gallmeister en 2012.

Gallmeister, 2012, réédité 2017, 612 pages

Lectori salutem, Pikkendorff

Publié dans romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article